Cette  année, Rocroy propose pour la première fois l’AS escalade le mercredi après-midi pendant deux heures. La plupart du temps, l’escalade se passe à la Porte de Clichy, dans le gymnase Biancotto ; et une fois toutes les cinq semaines, le groupe se rend à Pantin, au club d’escalade Mur-Mur. Là-bas, nous pouvons escalader en « bloc » – une technique de monte sans avoir besoin d’être attaché, car le mur ne dépasse pas 4 mètres – et en « corde », où les murs montent jusqu’à 15 mètres. Lorsque nous montons en corde nous devons obligatoirement être trois : l’un monte, l’autre l’assure grâce à la corde et le dernier contre assure en cas de problème. De la 6ème à la 2nde chacun monte à son rythme grâce à un système de couleurs qui correspond à des niveaux de difficultés différents.

Interview de M. LEFRAN :

Pourquoi vouloir créer l’A.S escalade ?

Nous avons voulu créer l’AS escalade parce qu’on cherchait une AS qui change de ce qu’on a l’habitude de faire en cours à Rocroy, pour essayer d’intéresser plus d’élèves et essayer surtout de toucher des filles ; car à l’AS il n’y a pratiquement pas de filles. C’est également une activité que j’apprécie, que l’on peut faire à l’intérieur et donc nous ne sommes pas dépendants des intempéries comme cela peut être le cas en EPS. Enfin nous avons créé l’AS escalade pour que les terminales ayant choisi escalade en sport pour le bac puissent s’entrainer.

Quelles qualités faut-il pour faire de l’escalade ?

Il faut être souple, un minimum musclé, tonique, ne pas avoir le vertige et avoir un bon sens de communication pour travailler avec son assureur. Il faut également avoir une bonne tactique pour savoir où monter et savoir bien se placer pour trouver un équilibre

Qu’est ce que l’escalade apporte ?

L’escalade apporte, dans un premier temps, le calme, la concentration mais aussi de la confiance en soi et en son partenaire. Il faut également respecter des règles pour agir en sécurité. Et enfin au niveau moteur, l’escalade apporte du dynamisme et de la souplesse.

L’escalade ne se fait-elle qu’en salle ?  

Sur Paris, nous n’avons, malheureusement, pas de structure naturelle mais beaucoup de salles qui nous permettent de nous entrainer. En effet, je vois la salle comme un endroit d’entrainement pour pouvoir après le réinvestir en plein air.

L’AS Escalade va-t-elle évoluer ?

Nous avons notre gymnase classique avec peu de voies et de hauteur ; nous avons la chance de pouvoir aller, à peu près une fois pas mois, à Mur-Mur, qui est une très grande salle où il y a beaucoup plus de hauteur, beaucoup plus de diversité de voie, et en fin d’année nous avons programmé une sortie à Fontainebleau pour faire du bloc sur des rochers qui mesurent entre 3 et 5 mètres à peu près, ce qui nous permettra de retrouver l’essence même de l’escalade.